Géométrie et Contraste

Géométrie et Contraste

Less is more. Au tout début du XXe siècle, alors que le style guirlande d’inspiration néoclassique est en plein essor chez Cartier, Louis Cartier introduit formes géométriques et lignes épurées, nouvelles associations de matières et contrastes de couleur, jeux de stylisation et d’abstraction. Une nouvelle vision du style voit le jour chez Cartier, source vive d’inspiration jusqu’à aujourd’hui. Exercice de démonstration autour de quatre pièces fortes.

 

Louis Cartier introduit des couleurs vives et des formes inédites, stylisées, modernes : de simples cubes, des polygones, des losanges en pierres de couleur calibrées. En 1909, sur une broche en rubis et diamant, la figuration disparaît totalement, et le carré s’inscrit dans le rond.

 

Onyx, laque, émail : de la matière à la couleur, le noir est partout présent chez Cartier. S’il est emblématique de la période Art déco, il la dépasse largement et s’impose jusqu’à aujourd’hui. Le noir est constitutif de la palette de Cartier : graphique, il souligne les formes, stylise le dessin, créé un effet d’ombre et de perspective. Il ajoute aussi tension et contraste, avec le blanc ou encore le rouge et le vert, dans des associations employées dans les créations jusqu’aux plus récentes.

 

Cartier fait surgir le mouvement au cœur de ses créations. S’appuyant sur la rigueur de la composition, le dessin libère l’élan, la dynamique, le rythme. Sous le crayon du dessinateur, sous les doigts du joaillier, la matière s’anime. Le mouvement est bien là, contenu en puissance, dans ce bracelet manchette transformable en diadème.

 

Si le noir et blanc est l’une des associations chromatiques propres à l’Art déco, Cartier joue avec d’autres combinaisons. Mariée au noir de l’onyx ou de la laque, la couleur orangée du corail a donné lieu à des créations joaillières éclatantes et emblématiques de ce goût de l’inattendu.